Le guide des poelusPoelologie / Quelle puissance pour mon poele ?

Quelle puissance pour mon poele ?

En résumé :

Le principe :

Quand il fait froid dehors, votre maison se refroidit aussi.

    1. Calculez les déperditions thermiques de votre maison

Le poele compense ce refroidissement en dégageant suffisamment de chaleur pour garder votre maison à la température voulue.

    2. Trouvez un poele plus puissant que vos déperditions (ou achetez des manteaux)

Plus il fait froid dehors, chaud dedans, plus la maison est grande ou mal isolée, plus vous aurez besoin d'un poele puissant.

3. Si vous voulez en savoir d'avantage, allez voir les détails

Les trois étapes

 

1. Calculez vos déperditions thermiques

Les déperditions thermiques "D" du volume à chauffer peuvent être calculées simplement par une multiplication de trois termes : D = DT*V*G.

Sortez vos calculettes, nous allons tout calculer dans l'ordre :

1. Calcul de la différence de température "DT"

Calculez la différence de température "DT", entre l'intérieur de la maison et l'extérieur, quand il fait le plus froid.

Par exemple, vous voulez que la température moyenne à l'intérieur de votre maison soit de 22°C lorsqu'il fait -1°C dehors. La différence est donc de 22 - (-1) = 23°C.

Cherchez les températures minimales moyennes de la ville la plus proche de vous !

2. Calcul du volume à chauffer "V"

Pour calculer de volume à chauffer, il faut connaitre :

  1. la surface au sol du volume à chauffer (en m2)

  2. la hauteur du volume à chauffer (en m)

La multiplication de la surface par la hauteur nous donne le volume à chauffer "V".

3. Estimez votre coefficient d'isolation "G"

Le coefficient d'isolation "G" permet d'estimer la qualité de l'isolation de votre maison. Plus "G" est grand, moins votre isolation est bonne.

Estimez votre coefficient "G" en comparaison d'une série de valeurs de référence :​

  • G=1.8 pour une maison ancienne non isolée type ferme ou mas

  • G=1.6 pour une maison non isolée en briques, pierres maçonnées, parpaings béton

  • G=1.4 pour une maison isolée avec 4cm de polystyrène (ou fibre de bois)

  • G=1.2 pour une maison isolée avec 10cm de polystyrène (ou fibre de bois)

  • G=0.8 pour une maison type RT2000

  • G=0.5 pour une maison type RT2012 en briques Monomur de 37,5 cm par exemple

  • G=0.3 pour une isolation exceptionnelle (ossature bois/remplissage paille avec de bons apports solaires par exemple)

4. Multipliez le tout

Il reste maintenant à calculer les déperditions en faisant la multiplication suivante D = DT*V*G.

Vous trouverez une valeur en Watt.

 

2. Choisissez le poele adapté :

Les règles du jeu

  • Le poele que vous choisissez doit au moins compenser les déperditions thermiques de votre maison !

  • Au delà de 3 flambées par jour (une le matin et une double le soir par exemple), votre poele risque de surchauffer.

  • Au delà de 8 kW, installez plutôt une chaudière ou un poele en fonte.

 

3. En détails

Estimer son coefficient d'isolation "G"

Si vous n'etes pas dans une configuration classique et que vous avez du mal à estimer votre coefficient d'isolation, il peut être intéressant de comparer différents isolants.​ [1]

Inertie et puissance sont incompatibles

Vous voulez un poele très puissant ET beaucoup d'inertie ? C'est impossible.

 

Plus un poele est lourd, moins il est puissant.

En effet, lorsque l'on fait un feu dans un poele de masse, les briques absorbent d'abord la chaleur pendant la flambée. Ensuite, elles restituent cette chaleur dans la maison sur une période assez longue.

L’absorption de chaleur est rapide, la restitution est lente.

Il faut que les briques aient eu le temps de restituer cette chaleur et donc de refroidir avant de faire une nouvelle flambée. Si les briques sont encore très chaudes quand vous faites une nouvelle flambée, il va se passer deux choses :

  1. Les briques vont moins bien absorber la chaleur des fumées car elles sont déjà chaudes. Le rendement sera donc moins bon. On dit que le poele sature.
     

  2. Les briques vont se dilater trop fortement et les joints seront fragilisés voir brisés : le poele surchauffe.
     

Or, plus un poele est lourd, plus il va mettre de temps à diffuser sa chaleur. On ne pourra donc pas faire autant de flambées par jour que sur un poele "léger".

 

Donc plus un poele est lourd, moins il est puissant.

4. Références

 

Sauf mention contraire, les contenus provenant de ce site sont disponibles sous licence Open-source CC BY-SA 4.0

Notre électricité est 100% renouvelable grace au fournisseur Planète OUI. Nous pouvons vous parrainer !